Exercice de Story Mapping

atelier story map fait au scrum wine #14.3
atelier story map fait au scrum wine #14.3

Ça sert à quoi une story map ?

C’est une technique de Jeff Patton (son site) qui permet de construire une road map des itérations et de leur contenu en mode agile (c’est-à-dire avec les éléments les plus utiles au début) et d’en faire un support de planification agile. Je sais quoi faire quand.

Ça m’intéresse, mais comment on fait ? Comment ça marche ?

Je trouve la technique simple et efficace, mais je trouve que de l’expliquer n’est pas si simple que ça (cela me fait penser à Perceval qui explique ses jeux dans la série Kaamelott). Alors comme quand on apprend un nouveau jeu, je préfère faire une partie pour du beurre, j’ai donc pour ce faire créer un jeu/exercice à cet effet.

Un exercice que je ne manque pas de proposer pour toutes les personnes qui veulent comprendre ce qu’est une story map ou le story mapping, en formation, en coaching… il fait partie de ma mallette de coach. Il m’a été inspiré par Michel Goldenberg, lors d’une formation scrum.

Les supports du jeu

les user stories pour la story map
les user stories pour la story map

exercice_story_map-Cartes_US_recto

exercice_story_map-Cartes_US_verso

Licence Creative Commons
exercice story map de Irène DOAN est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à https://idetido.wordpress.com/2014/06/04/exercice-de-story-mapping.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à idetido.wordpress.com.

 

Le guide de l’animateur

Pré-requis :

Avant d’aborder l’exercice de story map, j’introduis (si elles ne sont pas encore connues par les participants) les notions de base d’un projet agile :

–          POURQUOI : vision produit

–          POUR QUI : les utilisateurs, clients (en général, j’en profite pour parler de la technique des persona, si j’ai le temps et que c’est adapté)

–          QUOI : le périmètre fonctionnel, qui s’affine avec le temps avec le support User Story qui est bien adapté

–          QUAND : là rentre en jeu la technique de story map dans un contexte d’itérations . J’explique la priorisation de MoSCoW en prenant un exemple de VOITURE, ça veut dire quoi le niveau Must pour une voiture… etc… L’exemple n’est pas anodin… Et en quelques mots la technique de la story map avec ses 2 axes de priorité

C’est le moment de passer à la pratique ! Comme quand on joue à un nouveau jeu, je propose une partie pour du beurre, par équipe de 5 pour faire des équipes où ils peuvent tous s’exprimer. Je suis montée à 10 équipes de 5 en cours en iut à 2 animatrices.

Exercice

Je dis que je suis le client, j’ai un backlog (en fait un ensemble de stories – pas super bien formées soit dit en passant – Cf. doc à imprimer), les participants sont des fonctionnels (par groupe de 5) et je leur demande de me faire une road map fonctionnelle (par groupe), on va expérimenter le story mapping. Les stories ressemblent à :

–          Je veux un airbag

–          Je veux un véhicule à 4 roues

–          …

Je leur demande de déterminer à partir de ce lot de stories des grands buts fonctionnels pour y classer dessous les stories.

Les participants peuvent me poser des questions, ils ne le font pas tout le temps : ce sera intéressant en débrief…

Je donne 15 min pour la réalisation de la story map.

La technique pure

Les participants expérimentent la technique de story mapping :

–          Classer les stories dans des catégories

–          Prioriser de la gauche vers la droite les catégories de la plus prioritaire à la moins prioritaire

–          Prioriser sous chaque catégorie les stories du haut vers le bas, de la plus prioritaire à la moins prioritaire avec des lignes de séparation Must, Should, Could, Won’t ou Will

–          Comment on sélectionne le contenu des itérations de gauche à droite ligne après ligne

Débrief

Ensuite en débrief, je leur montre mon produit rêvé :

 

tondeuse à gazon auto-portée
tondeuse à gazon auto-portée

 

Leçons tirées : en plus de la maîtrise de la technique, je veux surtout leur montrer l’intérêt et l’importance :

  • de disposer d’une vision produit
    En général, s’ils interrogent le client pendant l’exercice, ils comprennent leur méprise, ce n’était pas une voiture, mais une tondeuse. Dans ce cas, ils ont bien pris en compte la vision produit et surtout je leur fais remarquer la facilité avec laquelle ils ont « refactoré » leur story map par rapport à un document Word de spécifications de 20 pages… S’ils ont gardé la méprise jusqu’au bout, la leçon de la vision produit est bien apprise et je fais la même remarque : « même si vous vous apercevez d’un changement en cours de route la story map est très facilement modifiable »
  • de faire exprimer la partie « afin de » des User stories qui renseigne réellement sur les besoins utilisateurs, laisse de la place à la négociation de la solution et permet de les mettre en cohérence avec la vision produit.
  • en règle générale, de communiquer avec le client pour mieux le comprendre et acquérir un vocabulaire, un référentiel partagé (ce qui peut éviter des surprises…)

Liens :

– Jeff Patton, l’inventeur de la technique (son site)

– la rigueur de Laurent BOSSAVIT sur ce site référence : http://referentiel.institut-agile.fr/storymap.html

– le pas à pas de Fabrice AIMETTI : http://www.fabrice-aimetti.fr/dotclear/index.php?post/2011/01/28/Story-Mapping-pas-a-pas

11 commentaires

    1. Merci, la chute vient de Michel Goldenberg et c’est tellement efficace que je fais jouer ce jeu très très souvent. Je trouve que le rapport (apprentissage * fun)/(temps investi) est pas mal !

    1. Le temps que je donne aux participants pour faire la story map : minimum 15 minutes, puis au moins autant de temps pour le debrief. Je ne compte pas si tu fais la formation sur ce qu’est une user story, un persona, une story map, priorisation de moscow, complexité. .. là ça dépend pas mal du niveau de l’assistance… mais il me semble qu’1h en tout au minimum c’est pas mal.

    1. Hello Cécile, cet atelier est plus à vocation didactique, peut-être moins orienté Dojo. Je sais que les podojo-istes ont fait une atelier story mapping… enfin tu me diras, ça m’intéresse beaucoup je voudrais aussi faire des podojo sur Bordeaux…
      En tout cas ‘learn & have fun tonight’ ! ; p

  1. Ping: Agile Nantes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s